Navigation menu

Cancers pulmonaires Quand l’immunothérapie complète la chimiothérapie

Publié le 07 novembre 2022

L’équipe de la Pre Solange Peters, Cheffe de Service d’oncologie médicale du CHUV, a participé dans la direction d'une étude internationale dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue scientifique Lancet Oncology.

Une étude du CHUV ouvre des perspectives encourageantes dans la prise en charge des cancers pulmonaires

L’étude, nommée PEARLS/KEYNOTE-091, présente un nouveau paradigme dans la prise en charge des cancers pulmonaires de stade précoce et localement avancés. En effet, les résultats ont démontré que chez les patient·e·s avec « cancer pulmonaire non à petites cellules » (CBNPC) de stade IB, II et III, l’addition d’une immunothérapie adjuvante après une chimiothérapie améliore significativement leur survie sans progression (PFS). Ce terme, désignant les chances de rester sans progression de la maladie après un traitement particulier, constitue ainsi un excellent indicateur de son efficacité. À noter que ces résultats ont été observés chez tous les groupes de patients, indépendamment d’une protéine, nommée PD-L1, qui peut s’exprimer à la surface d’une cellule tumorale et inactiver les lymphocytes T.

 

Les résultats décrits dans l’étude ouvrent de nouvelles perspectives, encourageantes, dans la prise en charge et tout particulièrement la guérison des patients souffrant de cancers pulmonaires non métastatiques qui bénéficient d’une chirurgie.